CFPB Proposes Settlement With Debt Collector For Failing To Investigate Identity Theft Reports – Consumer Protection

0


États Unis: CFPB propose un règlement avec un agent de recouvrement pour avoir omis d’enquêter sur les rapports de vol d’identité

Pour imprimer cet article, il vous suffit de vous inscrire ou de vous connecter sur Mondaq.com.

Points forts

  • Le Consumer Financial Protection Bureau (CFPB) a déposé une proposition de règlement dans le but de résoudre une action en justice contre une entreprise de recouvrement de créances et son propriétaire, le CFPB déclarant qu’il “ne tolérera pas les entreprises qui mettent des données inexactes sur les rapports de crédit ou ne parviennent pas à enquêter sur les litiges des consommateurs.
  • Les créanciers, y compris les sociétés émettrices de cartes de crédit et autres institutions vendant des créances, doivent connaître les procédures mises en place par les acheteurs de créances pour garantir l’exactitude des rapports. Le CFPB peut chercher à tenir pour responsables non seulement les acheteurs de dettes dont les politiques et procédures sont insuffisantes ou dont le respect est insuffisant, mais également ceux qui leur vendent des dettes.
  • Le règlement proposé souligne aux créanciers et aux acheteurs de dettes qu’un examen approfondi est susceptible de s’étendre à l’avenir. Les acheteurs de créances doivent avoir mis en place des procédures qui cherchent à rapporter avec précision les données des consommateurs, ainsi que se conformer à ces procédures et chercher à s’améliorer là où des améliorations peuvent être apportées.

Avec la pandémie actuelle de COVID-19, les sociétés émettrices de cartes de crédit pourraient faire l’objet d’une surveillance accrue, car Dave Uejio, directeur par intérim du Consumer Financial Protection Bureau (CFPB), a récemment déclaré que « les rapports de crédit jouent un rôle énorme dans la vie financière des consommateurs » et « nous ne tolérerons pas les entreprises qui mettent des données inexactes sur les rapports de crédit ou qui n’enquêtent pas sur les litiges des consommateurs.”

Le 16 août 2021, le CFPB a déposé une proposition de règlement pour tenter de résoudre un procès contre une entreprise de recouvrement de créances, Fair Collections & Outsourcing (FCO), et son propriétaire. Le plein impact de l’affaire et les conditions de règlement qui en résultent proposées par le CFPB restent à voir, mais le règlement proposé nécessite l’attention de nombreux acteurs des secteurs de la vente et de l’achat de dettes à la consommation. Les créanciers, y compris les sociétés émettrices de cartes de crédit et autres institutions vendant des créances, doivent connaître les procédures mises en place par les acheteurs de créances pour garantir l’exactitude des rapports. Le CFPB peut chercher à tenir pour responsables non seulement les acheteurs de dettes dont les politiques et procédures sont insuffisantes ou dont le respect est insuffisant, mais également ceux qui leur vendent des dettes.

Contexte et directives OCC

L’idée d’un régulateur fédéral examinant les vendeurs de dette pour les méfaits des acheteurs de cette dette n’est pas un phénomène nouveau. En 2014, le Bureau du contrôleur de la monnaie (OCC) a publié un bulletin de surveillance intitulé “Ventes de créances à la consommation : directives de gestion des risques“, Bulletin de l’OCC 2014-37 (4 août 2014), dans lequel l’OCC a publié ce qui constituait un précédent sur la vente par les banques nationales de créances radiées à des acheteurs de créances tiers.

Ce qui a rendu ces directives si révolutionnaires, c’est qu’elles ont marqué ce qui semblait être la première fois que l’OCC (ou tout régulateur bancaire fédéral) a demandé aux banques d’effectuer une certaine mesure de diligence raisonnable en matière de conformité sur une contrepartie à une vente d’actifs. Selon l’OCC : « Les banques doivent savoir quelles ressources les acheteurs de dettes utilisent pour gérer et poursuivre les recouvrements et tenir compte des performances passées des acheteurs de dettes avec les lois et réglementations sur la protection des consommateurs. L’OCC craignait que les banques nationales “donnent aux acheteurs de dette l’accès aux fichiers des clients afin qu’ils puissent évaluer la qualité du crédit avant la vente de la dette, sans que les banques ne procèdent d’abord à des divulgations appropriées des clients, ce qui était incompatible avec les politiques de confidentialité internes des banques et les lois et réglementations applicables. .” L’OCC a également identifié des cas dans lesquels les banques, les acheteurs de dettes ou les deux avaient mis en place des contrôles inadéquats pour protéger le transfert des informations sur les clients, et a en outre identifié des accords de vente de dettes entre les banques et les acheteurs de dettes qui manquaient de dispositions en matière de confidentialité et de sécurité des informations.

Afin d’aborder les risques perçus par l’OCC dans la vente de créances de consommation à des acheteurs de créances tiers, l’OCC a proposé plusieurs recommandations pour des mesures correctives de conformité. Ces recommandations comprennent, sans s’y limiter, les suivantes.

  • Veiller à ce que des politiques et procédures internes appropriées soient élaborées et mises en œuvre pour régir les accords de vente de dettes de manière cohérente dans toute la banque.
  • Effectuez une vérification diligente appropriée lors de la sélection d’un acheteur de dette.
  • Assurez-vous que les accords de vente de créances avec les acheteurs de créances couvrent toutes les considérations importantes.
  • Fournir des informations précises et complètes concernant chaque dette vendue au moment de la vente.
  • Certains types de créances ne conviennent pas à la vente.
  • Se conformer aux lois et règlements applicables. Les lois sur la protection des consommateurs spécifiquement référencées par l’OCC sont : la Fair Debt Collection Practices Act (FDCPA), la Fair Credit Reporting Act (FCRA), la Gramm-Leach-Bliley Act (GLBA), la Equal Credit Opportunity Act (ECOA ) et la Loi sur la Commission fédérale du commerce (Loi FTC).

Bien que l’OCC, comme les autres régulateurs bancaires “prudentiels” (par exemple, la Réserve fédérale et la Federal Deposit Insurance Corporation), ait longtemps exigé de ses banques supervisées qu’elles sélectionnent les fournisseurs, les partenaires de coentreprise et d’autres “tiers”, les directives de 2014 marquaient la première fois que l’OCC a demandé aux banques de protéger leurs clients existants en contrôlant une contrepartie. Il est à noter que les préoccupations de l’OCC ne se sont pas arrêtées aux banques nationales. Au contraire, l’OCC a clairement indiqué que lorsqu’elle « prenait connaissance de préoccupations concernant les acheteurs de dette non bancaire, l’agence soumettait ces problèmes au CFPB, qui a compétence sur ces entités ». Ainsi, il existe une coordination réglementaire claire entre les agences prudentielles et de protection des consommateurs pour garantir que les pratiques de recouvrement de créances prétendument déloyales, trompeuses ou abusives ne passent pas inaperçues.

Plainte CFPB et règlement proposé

La plainte du CFPB déposée dans le district du Maryland en 2019 alléguait que le FCO avait enfreint la Consumer Financial Protection Act de 2010, la FCRA et la réglementation V en ne disposant pas de politiques et de procédures raisonnables concernant l’exactitude et l’intégrité des informations fournies aux agences d’évaluation du crédit (ARC ) et notamment aux contestations d’usurpation d’identité que les consommateurs soumettent aux agences de notation. Le CFPB a allégué que le FCO n’avait pas établi ou mis en œuvre des politiques et procédures écrites raisonnables concernant l’exactitude des informations fournies et n’avait pas mené d’enquêtes raisonnables sur les litiges de consommation indirects, ce qui a entraîné la persistance d’informations inexactes dans les rapports de crédit. Plus précisément, le CFPB a allégué que le FCO :

  • représenté que les consommateurs avaient des dettes, alors qu’il n’y avait aucune base raisonnable pour affirmer que ces consommateurs avaient des dettes
  • omis d’établir des politiques et des procédures raisonnables pour enquêter sur les litiges de consommation
  • n’a pas mené d’enquêtes raisonnables sur les litiges lorsque les consommateurs ont soumis des rapports d’usurpation d’identité

Le CFPB a également allégué que FCO avait violé la FDCPA en disant aux consommateurs qu’ils avaient des dettes alors qu’ils n’avaient pas de base raisonnable pour cette affirmation. Les conditions du règlement proposé exigent que le FCO :

  • établir des politiques et des procédures raisonnables concernant l’exactitude et l’intégrité des informations fournies
  • continuer à évaluer l’efficacité de ses politiques et procédures en créant des contrôles internes pour identifier les pratiques ou les activités qui compromettent l’exactitude ou l’intégrité des informations fournies
  • établir un programme d’examen du vol d’identité pour se prémunir contre les violations de la FCRA
  • créer des politiques et des procédures d’admission écrites pour évaluer les informations du compte avant de commencer les collectes
  • créer des politiques pour évaluer les tendances des litiges de consommation et d’autres signes de manque de fiabilité potentiel sur les comptes
  • retenir les services d’un consultant indépendant pour effectuer des examens des informations fournies et des activités de recouvrement de créances afin de faire d’autres recommandations sur ses politiques et procédures de conformité avec la loi fédérale
  • payer une pénalité de 850 000 $ au Fonds des sanctions civiles

Que faut-il faire maintenant ?

Le règlement proposé souligne aux créanciers et aux acheteurs de dettes qu’un examen approfondi est susceptible de s’étendre à l’avenir. Les acheteurs de créances doivent avoir mis en place des procédures qui cherchent à rapporter avec précision les données des consommateurs, ainsi que se conformer à ces procédures et chercher à s’améliorer là où des améliorations peuvent être apportées. Certaines considérations clés lors de l’examen des politiques de fourniture d’informations sur les consommateurs devraient inclure l’assurance que des contrôles internes existent pour examiner les politiques relatives aux données des consommateurs et également pour continuer à analyser et à mettre en œuvre de nouvelles méthodes pour améliorer l’exactitude des rapports. Les créanciers doivent faire toutes ces mêmes choses et également prendre des mesures pour confirmer que lorsqu’ils vendent une dette, les acheteurs de cette dette font de même.

Étant donné l’accent mis par le CFPB sur les problèmes d’usurpation d’identité et en particulier le non-respect présumé des rapports d’usurpation d’identité de la FTC soumis avec des litiges indirects reçus par l’intermédiaire des agences de notation, tous les créanciers et acheteurs de dettes devraient envisager de revoir leurs politiques concernant ces questions. Depuis longtemps, il est essentiel de s’assurer que les différends relatifs à l’usurpation d’identité font l’objet d’une enquête appropriée pour limiter l’exposition à la responsabilité civile. Certaines des récompenses les plus importantes de la FCRA concernent des cas d’usurpation d’identité qui n’ont pas fait l’objet d’une enquête suffisante. L’accent mis par le CFPB sur les programmes d’examen de l’usurpation d’identité renforce la nécessité d’analyser davantage la conformité dans ce domaine.

Enfin, attendez-vous à un partage continu d’informations entre les régulateurs prudentiels et le CFPB afin de générer un contrôle et une application accrus du contrôle et de l’application de la part du CFPB sur les entreprises qui acquièrent des dettes auprès des banques. En outre, le CFPB conserve le pouvoir d’appliquer les principes de diligence raisonnable des contreparties à toute vente de dette d’un prêteur non réglementé par une banque à un acheteur de dette. Les mêmes principes visant à garantir que les clients qui sont transférés à un acheteur de créances ne subissent pas de pratiques abusives de recouvrement de créances qui ont inspiré les directives de l’OCC informent également l’examen du CFPB des ventes de créances par des initiateurs non bancaires.

Le contenu de cet article est destiné à fournir un guide général sur le sujet. Des conseils spécialisés doivent être recherchés au sujet de votre situation particulière.

ARTICLES POPULAIRES SUR : La protection des consommateurs des États-Unis

Le guide du télévendeur sur le consentement TCPA

Klein Moynihan Turco srl

En raison de la capacité croissante – et du besoin – d’atteindre les consommateurs grâce à la technologie de télémarketing, les entreprises (et leurs centres d’appels) sont confrontées au risque croissant de contacter les consommateurs sans le consentement approprié de TCPA…



Source link

Leave A Reply

Your email address will not be published.